Pourquoi la force du Leadership est-elle si intimement liée à la connaissance de soi ? Brève rencontre avec Will Schutz

Le 3 Déc 2020

IDAE Consulting propose une formation certifiante visant à renforcer le Leadership des personnes qui le souhaitent, notamment des Managers, en les invitant à prendre du recul et de porter plus d’attention à leurs postures. Nous avons intitulé ce programme de 7 jours  « Manager Coach », et nous avons choisi de l’introduire par 2 jours dédiés à la connaissance de soi. Pourquoi un tel choix ?

Pour l’éclairer, j’aimerais évoquer ici les travaux de Will Schutz (1925-2002). Ce psychologue statisticien américain a consacré une grande partie de ses recherches à la question suivante : Qu’est-ce qui rend une équipe performante ? Il s’intéresse très vite aux dynamiques de groupe et cherche à modéliser les composantes qui permettent à certaines organisations d’atteindre un très haut niveau de performance, quand d’autres sont à la peine. Il synthétise ces travaux dans un ouvrage paru en 1994, « L’Elément Humain », désormais devenu une référence dans le développement du leadership des organisations.

Voici la citation qui, dans les travaux de Schutz, m’a sans doute le plus marquée :

 « J’ai d’abord cru qu’une équipe performante était celle qui avait un bon chef. Puis j’ai cru qu’une équipe performante était celle qui avait des buts clairs. Puis j’ai cru qu’une équipe performante était celle qui n’avait pas trop de conflits. Puis j’ai cru qu’une équipe performante était celle dont les membres n’étaient pas trop différents. J’en arrive à la conclusion que pour qu’une équipe soit performante, il faut qu’elle ose dire ses peurs et ses besoins et qu’elle renonce à avoir raison à priori. ».

Voilà qui résume bien notre approche. Au cours de ses recherches, Schutz découvre que ce qui rend une équipe performante, c’est la qualité des relations, des interactions entre ses membres, qui elle-même dépend de la qualité de la relation à soi. Bon sang, mais c’est bien-sûr… ! Les individus qui ont une bonne estime de soi entrent en relation de manière simple, transparente, tranquille, assertive, constructive. Si chaque membre du groupe, à commencer par son Leader, développe cette capacité à s’accepter pleinement tel qu’il est, alors quels gains d’énergie et de productivité incroyables pour les organisations ! Chacun pourrait laisser tomber le masque social qu’il s’est forgé, masque souvent bien lourd à porter. Dans une telle entreprise, il ne pourrait plus être question de mal-être, de stress, de lutte de pouvoir, de guerre de clocher et de burn-out. Les logiques d’ego pourraient laisser place aux logiques d’égaux, la compétition disparaîtrait au profit de la coopération. Les conflits interpersonnels céderaient la place à de saines et fructueuses confrontations, centrées sur le fond et les « vrais enjeux ».

Utopique ou réaliste ? Comment faire pour développer dans son équipe ce terreau fertile ?

« First truth first » ou « La première vérité en premier ».  

L’approche de l’Elément Humain pose la VERITE comme LE « grand simplificateur » des relations dans une équipe. Commençons par partager en premier lieu NOTRE vérité, de façon authentique et transparente. Derrière la notion de Vérité, voici la proposition que nous fait Schutz : osons nous ouvrir de ce que nous ressentons, ce que nous pensons, de nos peurs, de nos envies. Imaginons une équipe dans laquelle il serait possible de se parler ainsi : « J’aurais besoin de te dire quelque chose de vraiment important pour moi et je suis inquiet à l’idée de te parler. Serais-tu d’accord pour m’écouter sans m’interrompre ? J’ai peur de ne pas avoir les compétences et les ressources nécessaires pour aller au bout de ce projet. Et en même temps j’ai très envie de continuer à le conduire». Voilà… tout simplement.

Pour faciliter ce chemin vers l’autre, se livrer à un travail introspectif est un prérequis indispensable. Par travail introspectif, j’entends être au clair sur ses talents, ses valeurs, ses compétences, mais aussi ses fragilités, ses zones d’ombre, ses réactions sous stress. Le leader et les membres de l’équipe se mettent en relation avec eux-mêmes de façon positive et constructive pour pouvoir se mettre en relation avec les autres plus facilement. En musclant notre estime de nous-même, nous fluidifions nos relations aux autres.

Dans ces approches, chacun est invité à explorer les besoins fondamentaux et les ressentis qui se cachent derrière ses comportements, qui ne sont que la partie émergée de l’iceberg. Quand je cherche à dissimuler mes ressentis, ou quand j’évite même de les éprouver, je deviens arrogant(e). Quand je camoufle mes peurs, je mets en place des stratégies de dissimulation, pouvant mener à la domination ou à la manipulation.

A l’inverse, le leader sensible a accès à ses émotions et sait les communiquer tranquillement. Cette compétence lui permet de rester humble et authentique, tranquille avec qui il est. Au fond, c’est ce qui le rend profondément humain.

Nous vous proposons de poser une première pierre sur ce chemin en rejoignant le module « Agilité relationnelle » de notre programme  « Manager Coach ». Dans ce programme, je m’appuie sur l’approche de Schutz adossée au MBTI, un outil de connaissance de soi juste et profond, issu des travaux du psychanalyste Carl Gustav Jung. Et ce travail est encore plus puissant quand une équipe constituée s’y livre ensemble.

A très vite pour échanger sur sujet !

Pauline GOUJON Coach professionnelle certifiée